Notre revue de presse de février 2024

Attaques contre les journalistes, États généraux de l’information, législation française et européenne, débats et controverses… Voici les articles que nous avons repérés pour vous sur la liberté, le pluralisme et l’indépendance des médias.

Nathalie Sonnac : « Médias, il faut tout revoir »

Dans La Tribune, l’ancienne membre du CSA Nathalie Sonnac explique pourquoi il faut d’urgence s’atteler à une « refonte complète de la réglementation » des médias. Alors que certaines « chaînes d’information en continu [jouent] la polarisation des débats ou le positionnement aux extrêmes », le conseil d’État demande à l’Arcom de veiller au respect du pluralisme. Un « impératif indispensable », mais le chantier est plus vaste, estime la professeure à l’université Panthéon-Assas, citant la nécessité d’un « dispositif de mesure anticoncentration », l’IA ou encore les Gafam.

La « droite CNews » fait trembler la politique française

Le succès rencontré par l’empire médiatique du milliardaire Vincent Bolloré bouleverse les médias et la scène politique française. Vu de Suisse, Julien Culet décrypte ce phénomène qui inquiète dans La Tribune de Genève.

Les États généraux de l’info débarquent en Aveyron

Rôle des médias dans l’information des citoyens et du fait divers comme instrument politique, pouvoir de la presse quotidienne régionale, regard des jeunes sur l’actualité… La Dépêche du Midi présente la journée de débats organisée le 22 février, à Rodez (Aveyron), à laquelle participe notamment Christophe Deloire, délégué général des Etats généraux de l’information et secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF).

Conseil d’État, pluralisme, « média d’opinion »… Tout comprendre à ce qui est reproché à CNews

Alors que l’Arcom se penche sur le renouvellement de quinze fréquences TNT dont celles du groupe Canal+, la chaîne info détenue par le groupe du milliardaire Vincent Bolloré – qualifiée de « média d’opinion » par RSF – est pointée du doigt par le conseil d’État pour son manque de pluralisme. 20 Minutes fait le point, avec l’AFP.

L’opinion des médias

Dans cet édito publié par Les Échos, David Barroux juge qu’en s’attaquant à CNews, le Conseil d’État crée un précédent et s’interroge sur l’approche à privilégier en matière de défense du pluralisme. S’il est, selon lui, “temps que les lois qui encadrent les chaînes de radio et de télévision changent”, cela ne doit pas être “dans le sens que cherche à imposer le Conseil d’État”.

Alexis Lévrier : « Les journalistes de Bolloré devraient se réjouir de la décision du Conseil d’État »

Pour l’historien des médias Alexis Lévrier, si la décision du Conseil d’État vise particulièrement CNews, c’est parce que la chaîne transgresse et contourne depuis longtemps ses obligations en matière de pluralisme de l’information. Une interview d’Émilien Heurtement à découvrir dans Marianne.

Sortir de la pensée en vase clos

Faut-il se réjouir que les médias d’opinions remplacent les médias d’information ?  “On ne peut que s’alarmer de la pauvreté des débats télévisés, dans un grand nombre de chaînes où les pugilats succèdent aux évidences creuses et infondées, estime Thérèse du Sartel, dans une chronique pour La Vie. La pluralité d’ensemble ne suffisant pas (…), souhaiter la pluralité interne, c’est espérer qu’il est encore possible de sortir de la pensée en vase clos et de voir des chroniqueurs se confronter à une manière de voir alternative.”

Pluralisme dans les médias : au-delà du cas CNews, la quête complexe d’une méthode de contrôle

Dans Libération, Adrien Franque revient sur la polémique déclenchée par la décision du Conseil d’État sur la chaîne de Vincent Bolloré, le 13 février dernier, et sur la réaction de l’ONG Reporters sans frontières qui a voulu “rétablir les faits” en revenant “sur le terrain du droit” lors d’une conférence de presse.

Comment préserver la diversité des médias ?

Dans son Édito médias sur France Inter, Cyril Lacarrière décrypte la raison pour laquelle l’Arcom a transformé les chaînes de télé de la TNT et TV5 Monde en “services dits d’intérêts généraux”, les S.I.G. Et pourquoi derrière cette directive européenne, il s’agit d’un enjeu majeur pour aider les chaînes françaises à conserver leur visibilité face à la concurrence des plateformes.

Conseil d’État, Arcom, CNews et pluralisme dans les médias : débat entre Étienne Gernelle et Thomas Legrand.

Dans le 7-10 de France Inter, Étienne Gernelle, directeur de l’hebdomadaire Le Point, et Thomas Legrand, éditorialiste à Libération, débattent en quinze minutes autour de la décision du Conseil d’État sur le manque de pluralisme de la chaîne CNews.

Jugement sur CNews : le secteur inquiet des conséquences

« Craintes pour la liberté d’expression », « porte ouverte à des recours », « une décision grotesque »… Alors que la décision du Conseil d’État s’applique à toutes les radios et télés régulées par l’Arcom bénéficiant d’une fréquence TNT, FM et DAB+, des professionnels de l’audiovisuel redoutent l’impact de celle-ci pour leurs antennes. Un article de Marina Alcaraz pour Les Échos.

Christophe Deloire : “Il fallait mettre fin à la tricherie de CNews”

Dans cet entretien avec François Rousseau, publié par Télérama, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), revient sur la décision du Conseil d’État qui a rappelé les médias audiovisuels disposant d’une fréquence publique gratuite à leur devoir de pluralisme. “Dire que cette décision donnera à l’État le pouvoir de s’immiscer, c’est faux”, répond Christophe Deloire. Selon lui, l’Arcom, qui avait “une vision restrictive” du pluralisme, sera désormais contrainte d’appliquer la loi. L’ONG s’est entourée de vingt avocats, juristes et spécialistes en libertés publiques pour s’en assurer.

CNews, une inquiétante fabrique d’opinion déguisée en chaîne d’info

Télérama a consacré sa couverture à une enquête titrée « CNews, le grand remplacement de l’info », réalisée par Étienne Labrunie : l’antenne de l’empire Bolloré pourrait dépasser BFMTV. Un succès qui interroge alors qu’elle martèle une ligne éditoriale ultraconservatrice à longueur d’émissions. La « chaîne d’inf…opinion » – où officient Pascal Praud ou Laurence Ferrari – est aujourd’hui rattrapée par un devoir de pluralisme renforcé.

Jean-Marie Charon : « Le Conseil d’État a beau jeu de pointer les mauvaises pratiques de CNews »

Pour le sociologue et spécialiste des médias Jean-Marie Charon, la décision du Conseil d’État ordonnant au gendarme de l’audiovisuel de prendre aussi en compte les courants de pensées des intervenants lors de programmes est difficilement applicable. Un entretien avec Adrien Schwyter à retrouver dans Challenges.

Le nouveau « JDD » subit un net recul de ses ventes

Dans la bataille du dimanche, La Tribune Dimanche a certes trouvé un public, mais affiche un repli depuis son lancement. Le JDD recule de plus de 20 % sur l’année. Le grand gagnant de 2023 est Le Parisien Dimanche. Un article signé Marina Alcaraz dans Les Echos.

Roch-Olivier Maistre : “L’Arcom n’est pas la police de la pensée”

Dans une interview accordée à La Tribune Dimanche, à la suite de la décision du Conseil d’État relative au pluralisme dans l’audiovisuel, le président de l’Arcom, Roch-Olivier Maistre, précise qu’il n’y aura pas de “catalogage” des journalistes, invités ou chroniqueurs selon leurs opinions politiques. “Il s’agira d’une appréciation globale sur l’ensemble des programmes diffusés. L’Arcom n’est ni la police de la pensée ni un tribunal d’opinion.”

Décision du Conseil d’État sur CNews : une proposition de loi au Sénat pour autoriser des “chaînes d’opinion”

La droite sénatoriale est vent debout contre la décision du Conseil d’État qui enjoint l’Arcom de mieux contrôler les règles du pluralisme politique dans l’audiovisuel, notamment CNews. La sénatrice LR de Paris, Marie-Claire Carrère-Gée, propose de consacrer dans la loi la liberté éditoriale des médias audiovisuels. Elle souhaite déposer une proposition de loi modifiant certaines dispositions de la loi du 30 septembre 1986, dite “loi Léotard”. Un article de Romain David à lire sur le site de Public Sénat

Ce que veulent les citoyens pour l’information

Inscription de l’éducation aux médias dans les programmes scolaires, instauration d’un label de fiabilité de l’information, création d’un fonds pour l’audiovisuel public… Dans Stratégies, tour d’horizon des recommandations issues du rapport citoyen remis le 4 février dans le cadre des Etats généraux de l’information.

A « Paris Match » et au « JDD », les sociétés des journalistes n’existent plus

La SDJ de “Paris Match” avait fait part de son désaccord à propos d’une “une” en décembre. Au “JDD”, l’association était devenue une coquille vide. Le groupe Lagardère,  propriétaire de ces journaux, est depuis novembre sous contrôle de Vivendi, géant des médias contrôlé par la famille de Vincent Bolloré. Un article à lire dans Le Monde.

États généraux de l’information : des premiers pas citoyens et de fortes attentes

Deuxième week-end de travail pour les 100 citoyens tirés au sort et réunis au Cese (Conseil économique social et environnemental). Ils sont chargés de  formuler des propositions pour les états généraux de l’information. Un reportage de Maud Guilbeault pour La Croix.

« Paris Match », « JDD » : face à Bolloré, le hara-kiri des SDJ

Les deux sociétés des journalistes de Paris Match et du Journal du Dimanche, chargées de veiller à la déontologie et à l’indépendance vis-à-vis du propriétaire, se sont dissoutes. ll n’y a plus de contre-pouvoir au sein de ces deux titres du groupe Lagardère désormais contrôlé par Vivendi-Bolloré, expliquent  Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts dans Les Jours.

États généraux de l’information : « L’État n’a pas à décider ce que l’on voit mais peut fixer des principes »

Intelligence artificielle, qualité et financement de l’info, journalisme et éducation aux médias… Le directeur général de Reporters sans frontières Christophe Deloire, chargé de l’organisation des Etats généraux de l’information, expose leurs enjeux dans un entretien avec Le Télégramme.

La presse muselée au Sahel

Dans sa revue de presse consacrée à l’Afrique, RFI revient sur les difficultés rencontrées par les journalistes maliens, nigériens, burkinabè et guinéens de faire leur travail sans appréhension et contraintes. Un podcast de Frédéric Couteau à écouter sur le site de RFI.